Découverte sonore et bruit en collectivité

11709809_10206841462345513_2603704149449889895_n

À la découverte des sons

C’est dans le ventre de la mère que l’enfant va « entendre » ses premiers sons. Dans un premier temps, avant que son appareil auditif se forme il va ressentir les vibrations du corps interne de la mère : le rythme du cœur de la mère qui le berce, sa digestion, ses pas qui font vibration jusqu’à son utérus, le son de sa voix, etc.

Il est difficile de parler de la musique sans aborder l’exploration de l’environnement sonore de l’enfant. Sa première exploration sera celle de sa voix. Très tôt le bébé joue avec ses cordes vocales : il babille. Ainsi il découvre tous les paramètres du son : la hauteur, le timbre, le rythme et l’intensité. Dès que l’enfant acquière la préhension il va découvrir les objets qui l’entourent par tous ses sens : la vue, le goût, l’odorat, le toucher et l’ouïe.

Pour découvrir le son d’un objet, et je ne parle pas d’instrument, l’enfant va le secouer, le gratter, le frotter et parfois il aura la fâcheuse manie, et cela nous agace au plus haut point, de taper un objet sur une surface dur comme une table. En réalité l’enfant à ce moment là fait souvent l’expérience du son, de son intensité et du rythme. En collectivité cela peut devenir une véritable cacophonie. Étant donné que les enfants fonctionnent par mimétisme on se retrouve rapidement non plus avec un enfant mais dix enfants frappant bruyamment contre la table.

Pourquoi les enfants font tant de bruit en section ?

Il n’y pas une raison mais plusieurs. Il y a donc un grand intérêt à évaluer les situations pour agir en conséquence. Quelques exemples :

  • Faire du bruit pour se faire remarquer : on voit surtout cette situation dans la section des moyens. Faire du bruit peut-être une façon de faire sa place dans le groupe, c’est une façon de dire « je fais du bruit donc je suis ». C’est l’âge de la construction de soi rien de plus normal.
  • Faire du bruit par provocation : ce cas de figure s’observe souvent dans cette section également. C’est entre 12 à 24 mois environs que l’enfant est en phase du « non », il a besoin de tester ses limites et les adultes qui le prennent en charge.
  • Faire du bruit par ennuie : et oui cela arrive ! des jeux laisser trop longtemps au sol mélangés les uns au autres, des adultes qui parlent trop longtemps ensemble sans porter les enfants par le regard etc. Cela rejoint « faire du bruit pour se faire remarquer » mais la raison n’est pas la même. Il est alors primordial de repenser à notre positionnement.
  • La découverte sonore : on y pense malheureusement pas assez souvent. Quand un enfant fait cette expérience  il est tout à fait possible de l’accompagner. C’est cette dernière que je vais tenter de développer.

Quelques actions à mettre en place après observations de la situation : proposer d’autres jeux, porter les enfants par le regard et la parole, penser à son positionnement, proposer un temps calme (chanson, livre, dessin), mettre les limites en expliquant, négocier, valoriser chaques enfants dans ses compétences. Si l’enfant est en pleine découverte sonore l’accompagner au mieux sans le freiner et cela n’est pas toujours simple à faire.

Sons et bruit quelle différence ?

Les sons deviennent très rapidement du bruit et le bruit génère naturellement du stress chez nous et de l’énervement chez l’enfant. Il faut savoir que nous ne sommes pas tous sensibles aux sons et aux bruits de la même façon, c’est ainsi qu’un bruit pourra nous faire bouillir tandis que notre collègue n’en sera pas plus gêné que ça. D’où l’importance du respect de la tolérance auditive des uns et des autres.

Quelle différence entre les sons, la musique et le bruit ? Définitions du petit Larousse :

Le son :

  • Sensation auditive engendrée par une onde acoustique.
  • Toute vibration acoustique considérée du point de vue des sensations auditives ainsi créées : Son strident.

La musique

  • Art qui permet à l’homme de s’exprimer par l’intermédiaire des sons ; productions de cet art, œuvre musicale.
  • Science des sons considérés sous le rapport de la mélodie et du rythme.

Le bruit :

  • Ensemble des sons produits par des vibrations plus ou moins irrégulières ; tout phénomène perceptible par l’ouïe : Écouter le bruit de la pluie.
  • Ensemble des sons perçus comme étant sans harmonie, par opposition à la musique : Lutter contre le bruit.

Comment accompagner l’enfant dans son exploration sonore sans que cela devienne insupportable pour nos oreilles et sans freiner son expérimentation ?

1/ Observer

Prendre le temps d’observer l’enfant pour comprendre ce qu’il expérimente vraiment. Quel objet a t -il choisi ? Est-il en plastique ou en bois ? Y en a t-il un ou plusieurs ? Tape t-il sur une surface ou deux objets l’un contre l’autre ? Comment l’enfant produit le son ? Tape t-il en rythme ? Fort ou doucement ? Fait-il des variations de rythme ? Et comment est son comportement global ? Est t-il concentré ? Vous semble t-il plutôt existé ? etc. L’observation vous permettra de comprendre ce qu’il expérimente et de passer à l’étape suivante.

2/ Mettre des mots

Après avoir observé la situation nous pouvons accompagner l’enfant dans ce qu’il expérimente pour lui permettre de prendre conscience de ce qui se passe pour lui et son environnement. Expliquez lui la façon dont il produit le son et comment vous le percevez « Tu tapes fort » « tu entends comme ça résonne avec ce jeu en bois « je vois que tu changes de rythme » « tu es très appliqué » etc.

2/ Accompagner et/ou rediriger

Tant que possible se mettre à la hauteur de l’enfant. Vous pouvez faire avec lui un jeu de sons improvisés. Regardez le et refaite ce qu’il fait. Une vraie complicité et un vrai échange peut s’installer. Parfois cela suffit à l’enfant pour qu’il passe ensuite à autre chose son besoin ayant été satisfait sur le moment.

Autre possibilité. L’enfant fait vraiment beaucoup de bruit cela est difficilement supportable. Rejoignez le et expliquez lui que c’est très fort, que l’on ne s’entend pas parler et qu’en plus cela peut énerver tout le monde. Il est préférable de ne pas entrer dans un « non » catégorique. Montrez lui comment il peut baisser le son et contrôler la tonalité de ce qu’il produit. Vous pouvez aussi le rediriger vers le tapis par exemple si l’enfant à vraiment envie de taper fort, en lui expliquant que le son va être différent mais moins gênant.

Si plusieurs enfants se sont rassemblés et font beaucoup de bruit vous pouvez procéder de la même façon ou bien détourner ce jeu trop bruyant en jeu de groupe cadré comme sauter, taper tous ensemble dans les mains ou pourquoi pas en profiter pour faire un petit atelier musique si cela est possible. Je suis entrain de créer un article la dessus que vous pourrez bientôt consulter 🙂

Il n’y a pas une solution mais DES solutions qui fonctionnent ou pas suivant les jours. Laissez votre imagination s’exprimer pour cet accompagnement sonore.

Et si vous êtes au bout du bout ?

Ne vous en voulez pas si vous vous entendez crier « STOPPPP » ! C’est une réaction humaine, même si nous sommes professionnels de la petite enfance : la puissance et la répétition du bruit peut devenir très incommodante en collectivité. Le principal est de se réajuster et d’accompagner l’enfant dans sa découverte  le plus souvent possible.

Il y a des situations plus difficiles que d’autres notamment quand on se retrouve seul à gérer un groupe d’enfants et que nous avons les changes à effectuer et que l’aménagement de l’espace n’est pas approprié : manque de visibilité, salle de bain vitrée, etc.

Penser à l’aménagement de l’espace, à votre positionnement dans la section, cela pourra sans aucun doute vous aider. Observer un court instant suffit en général à comprendre la situation sans se précipiter, à canaliser et à accompagner l’enfant dans ce qu’il exprime à travers le bruit qu’il induit.

« La découverte des sons, du rythme, des tonalités participent sans aucun doute à l’épanouissement de l’enfant. C’est un pas vers la musique, l’expression de soi et des émotions. Tendons leurs la main et accompagnons les vers ce chemin. » Béatrice Brison

Écrit par Béatrice Brison

Bibliographie et sources :

Les bébés et la musique

Des musiciens et des bébés

Formation : initiation à la musique avec Agnès Kleman

Publicités

2 commentaires sur « Découverte sonore et bruit en collectivité »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s