L’attachement, ou comment bien apprendre à s’envoler …

Attachement

L’attachement.

Un sujet bien vaste et pourtant si naturel quand on y réfléchit de manière bienveillante…

On entend beaucoup parler de « lien d’attachement », mais qu’est ce vraiment ? A quoi sert-il ? Est ce un lien uniquement familial ? Un enfant peut il avoir plusieurs liens d’attachement ? Est ce que celui ci peut devenir néfaste ? Qui n’a jamais entendu que « cet enfant est beaucoup trop attaché à sa mère ! » Ou encore « il est trop attaché à tel ou tel professionnel ». Beaucoup d’à priori, malheureusement selon moi, par les personnes qui ne savent pas de quoi elles parlent, si je peux me permettre…

  • Théorie de l’Attachement

Tout d’abord, il est important de savoir que le premier à avoir élaboré la théorie de l’attachement est John Bowlby : Il a en effet mis en avant l’importance de l’attachement entre le nourrisson et une personne qui va lui prodiguer les soins : le nourrir, le laver, le porter, le bercer, tout cela de manière régulière. Selon lui, le besoin vital de sécurité affective ne serait comblé que si cet attachement existe. C’est donc à partir de ce moment là que l’enfant dit « sécurisé » pourrait s’épanouir et poursuivre son développement dans de bonnes conditions. Mais il pourrait également mieux se séparer psychiquement et physiquement. Le fait d’être « sécurisé » permettrait donc à l’enfant, de pouvoir, petit à petit, aller vers l’autonomie et l’indépendance.

< Mieux l’enfant sera « attaché », plus le « détachement » sera aisé . >

En plus simple, on peut dire que lorsque l’enfant sait qu’il peut compter sur quelqu’un à tout moment, que cela soit pour un besoin primaire ou simplement pour faire face à un sentiment de peur, de tristesse, par exemple, on peut dire qu’il est « sécurisé ».

  • &Si ce lien n’existe pas ?

Si l’enfant n’a pas de quoi s’attacher, ou si le lien d’attachement est insécurisant, il devient en carence affective. Malheureusement, il y aurait environ 30% d’enfants qui, a 1 an, seraient en carence.

Suite à la théorie de Bowlby,  Mary Ainsworth parlera d’enfants « insécures » et classifieras les différents types d’attachement à la suite de plusieurs travaux, notamment celui de la Strange Situation * :

Ces enfants « insécures » sont des enfants qui peuvent minimiser leurs émotions et être évitants face à la situation de séparation d’avec leur figure d’attachement (généralement le parent). Ils peuvent sembler totalement détachés, alors qu’au fond ils sont bien souvent en détresse. Ce comportement découle d’une mauvaise mise en place du lien d’attachement avec sa figure d’attachement : Celle ci n’a pas du être suffisamment présente et disponible pour répondre aux besoins/attentes du nourrisson, surtout physiquement (le holding = le porter, le bercer). De ce fait, l’enfant trouverait comme moyen pour « survivre » une autonomie précoce. Un enfant « insécure » peut également transparaître dans une  forte difficulté à se séparer de sa figure d’attachement. Il manifeste alors cela par des pleurs, des cris, essayant de s’attacher littéralement à son parent.

[ * The Strange Situation :

Il s’agit d’une étude visant à évaluer le type d’attachement d’un enfant. Elle consiste à placé un enfant avec son parent dans une pièce fermée avec quelques jouets à sa disposition et de faire venir une personne inconnue quelques minutes après leur arrivée. Le parent sort de la pièce durant 3 minutes, laissant l’enfant seul avec l’inconnue, puis revient durant 3 minutes et repart une nouvelle fois pour la même durée. Durant ce temps, le parent peut observer la scène à travers un miroir teinté installé dans la pièce. Les différentes réactions de l’enfant sont alors décryptés et démontrent quel type d’attachement existe-t-il. ]

  • &Si je racontais en quelques lignes mon ressenti de ce qu’est l’attachement ?

En toute simplicité, quand je pense « attachement » je pense de suite à la figure maternelle. À ce lien invisible qui lie l’enfant à sa maman de manière totalement naturelle et casi immédiate. C’est quelque chose que l’on ne peut voir mais qui se ressent au fond de soi, très intimement…
Et puis quand je pousse ma pensée un peu plus loin, je pense à l’attachement non familial. Celui qui peut toucher deux amis comme deux amants. Mais surtout celui qui nous concerne tout particulièrement : l’attachement d’un enfant et d’un adulte dans le cadre professionnel. Pensez vous que l’attachement dans notre métier soit indispensable ? Pour ma part, je répondrais sans hésitation : Oui, évidemment ! Car pour moi, on ne peut créer de relation de confiance sans attachement, minime soit-il. Attention, je ne parle pas ici « d’amour » mais bien d’attachement, il est important de faire la part entre l’un et l’autre. En tant que professionnels nous nous attachons à certains enfants plus que d’autres. C’est un fait et il est inutile de le nier… On aura beau toujours entendre et/ou dire que nous sommes identiques avec chaque enfant cela reste, selon moi, purement faux et impossible. Nous ne sommes pas des robots ! Chaque être humain est unique et donc il va de soi que chaque lien d’attachement l’est également. Nous aussi nous avons notre vécu, notre quotidien, notre affect et tout ce qu’il y a autour qui entraîne forcément un attachement plus ou moins fort avec ces enfants. Ce qui est essentiel avant tout là dedans est de garder en tête à chaque instant que ce contact avec les enfants est purement professionnel. C’est notre métier. Nous ne devons pas rentrer dans l’univers de l’enfant au delà du cadre professionnel et des tâches qui y sont attachées. D’autre part, il est essentiel que, malgré notre attachement quelque peu différent avec chaque enfant, nous répondions aux besoins des enfants accueillis de manière égale.
Toute la nuance est là et j’y tiens beaucoup.

  • Pour finir, je dirais que l’attachement est un sujet très intéressant qui mériterait d’être davantage abordé durant les formations de nos métiers de la petite enfance. Malheureusement, on en parle que très peu et pourtant c’est la base de toute relation actuelle et future de l’enfant.

Écrit par Grace V.

Publicités

11 commentaires sur « L’attachement, ou comment bien apprendre à s’envoler … »

  1. Article très intéressant qui c’est vrai nous donne à réfléchir après je suis d’accord que notre lien d’ attachement est comme vous dites unique à chaque enfant car chaque enfant est unique le tout est de rester professionnel

    Aimé par 1 personne

  2. Très bel article! Je me retrouve dans cet article en tant qu’auxiliaire puer. Mais parfois il est difficile de faire comprendre à d’autres professionnelle soit que l’enfant à besoin d’etre Porter un peu plus que d’autre ou à contrario que l’enfant n’est peut être pas en demande mais que cà peut être l’adulte qui soit en demande de ça… Mais il faut bien connaître les enfants que l’on accueille, avoir un regard d’observation pour comprendre tout l’interet de l’attachement. C’est même souvent l’enfant qui choisit sa personne d’attachement en crèche je trouve ça extraordinaire de leur petit âge toute les émotions qu’ils peuvent ressentir. En tout cas bravo pour cet article!! Très passionnant!

    J'aime

    1. Merci Fluteaux pour ton joli commentaire!
      C’est tout à fait ça… et je te rejoins sur le fait qu’il est difficile de faire entendre cela a tous.. mais c’est sûrement dû à un manque de connaissance justement au sujet de l’attachement.
      Merci encore. 🙂
      Grace

      J'aime

  3. Bonjour, article intéressant, sujet très très intéressant !!
    Peut-être serait-il intéressant de citer Winnicott lorsque vous évoquez le « holding ».
    Et lorsque l’attachement ne se fait pas…? car l’instinct maternel n’existe pas toujours, il est à créer.
    Belle réflexion dans tous les cas et vaste sujet…

    J'aime

  4. L’attachement est une approche très intéressante mais à mon sens elle réduit la question du lien et met largement de côté la question de l’affect.
    Contrairement à vous, je ne pense pas qu’il y est un attachement enfant/professionnel. Il y a une relation, un lien affectif mais l’attachement me semble être d’une autre nature, plus approprié à la relation parents/enfants.
    En ce sens, je suis plus en accord avec ce que dit Winnicott, lorsqu’il parle de préoccupation maternelle. Je pense que nous pouvons être dans une disposition psychique proche de ce qui arrive chez une mère.

    J'aime

  5. malheureusement pas toujours facile de respecter à la lettre la mise en place de la référente durant le temps d’adaptation ! un crêve cœur! temps partiel, pause déjeuner, temps de présence….)

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire Mango. Pour te répondre, l’article n’est pas « réservé » aux AP et EJE. Je me permets juste de parler en tant qu’AP de ce que je connais… Mais il reste évident que beaucoup de professionnels sont également concernés ! 🙂
      Grace

      J'aime

  6. Il faut que l enfant puisse s attacher à une professionnelle, un adulte afin qu il puisse se détacher… Ce lien est très important dans les début de la vie en collectivité et je dirais même dans le début de la vie tout cour

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s